• 1041

    En dépit de la simple évidence mes contemporains renient leur animalité il semblerait que cet héritage biologique soit relégué dans une fosse et cela avec une indélicatesse et une violence jamais égalées chaque retour à ce patrimoine par le biais du sexe de la guerre de la possession est astucieusement traduit en des termes psychanalytiques psychologiques économiques pourtant les besoins de niquer de toucher une bite ou un cul de frapper un visage d'éliminer un rival de prendre ce que possède l'autre sont indubitablement des nécessités naturelles la diabolique farce des civilisations humaines consiste alors à ériger un dictat de rêgles et de lois qui sous le couvert d'une organisation sociale et d'une morale respectable permet d'assouvir les pulsions essentielles sans altérer cette croyance en la divine humanité dans cette fourmilière ces esclaves conformistes et hyper conditionnés pensent tous exactement de la même manière leur rapport au monde est similaire les rares nuances s'établissent sur des points de détails infimes culinaires esthétiques politiques ils n'ont aucune chance d'échapper au destin qui est le leur soit accomplir sous hypnose des taches pré-établies et sombre constat la possibilité qu'ils ont de suivre un chemin de traverse est nulle puisqu'ils ne le perçoivent pas

    En résumé je ne vois qu'un élevage de moutons destinés au sacrifice

    L'ennui est total