• 1016

    Tu peux enlever la peau qui te protège racler la chair jusqu'à l'os et broyer ce dernier en poudre fine

    Tu peux abandonner l'espoir les projets et la tiède plénitude de l'instant

    Tu peux jeter ceux que tu aimes dans le froid de l'ombre

    Et pourtant

    Tu ne parviendras qu'au seuil de mon territoire